Playlist orientalisante

Voici une petite sélection de 8 titres avec pour thème l’orientalisme. Pourquoi ce sujet ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui on parle beaucoup de l’influence qu’a eu l’Afrique sur la musique contemporaine, mais on néglige la culture orientale avec laquelle l’Europe a eu beaucoup plus de contacts. Il faut réparer cette injustice !

1) Taken by Trees – My Boys
Dès le début notre pays préféré est mis à l’honneur ! En effet, Taken by Trees est  le projet solo de la suédoise Victoria Bergsman, originaire de Stockholm et ex Concretes. Pour son deuxième album cette pionnière de la pop indie s’est déplacée jusqu’au Pakistan pour enregistrer avec des musiciens locaux. L’ambiance de cet album est parfaite pour commencer en douceur notre petit voyage ;  la reprise d’Animal Collective est d’ailleurs également un bon moyen de rappeler  la sortie de Centipede Hz.

2) The Beatles – Norwegian Wood
Bon j’avoue les Beatles c’est  facile. Leur attachement pour l’Inde, sa musique, et la méditation transcendentale est connu, et très visible dans certaines de leurs compositions comme Within You, Without You ou Norwegian Wood. Pour compenser, je suis allé chercher la première prise de la chanson, celle qui pousse le plus le mimétisme avec la musique traditionnelle indienne, comme si le groupe n’avait pas encore bien digéré cette influence.

3) David Bowie – Yassassin
Bowie a toujours été fasciné par l’ésotérisme oriental. Etait-ce l’influence de Nietzsche ou encore celle de Aleister Crowley ? Qu’importe, le fait est que beaucoup de ses chansons ont rapport avec un Orient fantasmé, celui de Aladdin sane, de The Secret Life Of Arabia ou encore celui de Yassassin. Cette dernière chanson a un parfum d’Anatolie (« Yassassin » = « longue vie » en turc), cela tient beaucoup aux arrangements, qui en font une sorte de reggae turc halluciné, et qui démontrent encore une fois la richesse de la collaboration Eno/Bowie sur la trilogie berlinoise.

4) Madlib – Indian Hump
Petit interlude uniquement instrumental avec le producteur Hip-Hop le plus talentueux de sa génération, j’ai nommé Madlib. Est-ce exagéré ? On parle quand meme de la tete pensante des Lootpack (dont je vous conseille Soundpieces : Da Antidote), de la moitié essentielle du projet Madvillain avec MF Doom, et de l’homme à l’origine de la série des Beat Konducta, dont est issu ce Indian Hump (vol 3&4 : in India). Ce morceau est sobre mais génial comme d’habitude : Madlib y sublime le cinéma de Bollywood en créant une pièce bien  funky, entre dialogues de films, piano à 4 notes,  montées de cordes et boucles de beats Hip-Hop.

5) Björk – Crystalline (Omar Souleyman remix)
Ne fuyez pas ! La version de Crystalline que je vous propose ici n’est pas celle du très désespérant dernier album de Bjork, Biophilia. Ce remix, orchestré par  Omar Souleyman, n’a plus rien à voir avec l’original. Je ne suis pas fan des remixs habituellement, mais dans ce cas le titre est devenu tellement dansant, joyeux, euphorisant… bref vous l’aurez compris, il m’obsède. Et même s’il ne rentre pas totalement dans le concept de la sélection, puisque Souleyman est syrien, ç’aurait été dommage de s’en priver. J’ai un peu ralenti le morceau pour l’occasion, mais la version originale est encore plus frénétique.

6) Camille Saint-Sens – Danse Bacchanale
Bon maintenant fini de rigoler ; nous entrons dans la partie sérieuse de cette sélection, alors calmons nous. L’orientalisme correspond dans l’histoire de la musique à une époque très particulière, le XIXème siècle, lorsque scientifiques et artistes découvrent l’Orient par l’intermédiaire de la colonisation. Camille Saint-Saëns fait partie de cette génération de compositeurs ayant succombé à cet exotisme bon marché, en créant des opéras comme La Princesse Jaune, ou Samson et Dalila dont est justement extraite cette Danse Bacchanale…. Le thème est ultra classique, presque cliché : Bacchus comme Dionysos chez les grecs représente les excès d’un Orient féminisé, mystique, drogué…

Je suis à nouveau debout à la fin du morceau.

7) Om – State Of Non Return
Ouch, c’est lourd, très lourd, et pour cause nous avons à faire ici à Om, l’un des piliers du doom metal. Ce duo basse/batterie constitué par deux anciens Sleep (formation majeure du genre dissoute en 1998 et reformée depuis peu) a toujours été fortement influencé par deux thèmes : l’orient et la religion. Sur leur dernier album Advaitic Songs dont est issu ce State of Non Return, le groupe révolutionne son approche en intégrant une composante orchestrale. Après le délire dionysiaque de Saint-Sens, il est temps de tutoyer le divin avec Om. Baissez les basses si vous ne voulez pas fissurer votre mur ou briser vos vitres.

8) Between – Devotion
On reste dans le mystique avec Devotion du groupe de krautrock Between, déniché sur la très bonne compilation Deutsche elektronische Musik, un temps mon CD de chevet. Ici les invocations sont  plus lumineuses,  fini la saturation, les basses omniprésentes et le chant murmuré. Ces mantras hypnotiques me permettent de finir cette playlist sur une ambiance un peu plus solaire et apaisée.

Voilà, j’ai essayé au maximum d’éviter les dérives de la world music. Si vous souhaitez continuer sur le même thème voici les titres retenus puis écartés lors de la sélection :
Funkahdafi – Front 242
Wie der Wind Am Ende Einer Strasse – Amon Düül II
Soham – Deuter Jerusalem – The King’s Dead
Yalam – Young Magic
Rock The Casbah– The Clash
India – Roxy Music
White Flag – Gorillaz

Crate Digger

Catégories : Playlists

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.