bonscott

Jimi Hendrix en galère sur scène, sauvé par son batteur ? Jim Morrison parlant à la grosse caisse de son batteur en plein show ? Angus Young sautant à cloche pied sur un balcon au milieu d’un public indifférent ? Voici 3 lives complètement épiques qui ont marqué l’histoire du rock, mais que vous avez encore ratés.

 

Jimi Hendrix – Band of Gypsys – Who knows

Band of Gypsys est un album live assez méconnu de Jimi Hendrix. Pendant le morceau Who Knows, Jimi pète une corde en plein solo. C’est plutôt relou, surtout qu’il n’a pas de guitare de rechange toute prête sous la main ; personnellement, si ça m’arrive sur scène, je suis foutu vu qu’il me faut 20 minutes et 3 pauses clope pour changer une pauvre corde. Jimi, zen, sort de la scène pour réparer son matos. Et là, à la surprise générale, le batteur se met à chanter le solo de guitare commencé par Jimi : show must go on ! Il s’appelle Buddy Miles, et il se lance dans l’impro, mélangeant les paroles du refrain à des fredonnements; il part dans les aigus, se fait plaisir, on dirait qu’il se prend pour une guitare et ça le fait trop bien. Puis, au moment où le Buddy commence à être un peu en manque d’inspiration, Jimi revient et nous montre comment on s’y prend pour faire crier sa guitare : son solo est épique, il crache des sons pas possibles et nous régale jusqu’au bout.

 

Rocker (Live 77’) – AC/DC

C’est un des mes lives préférés ; selon moi on n’en fait plus des comme ça aujourd’hui. Ça se passe en 1977 au Golders Green Hippodrome, un music-hall de Londres, et AC/DC interprète Rockers, un des morceaux qui bougent bien sur l’album High Voltage. Rien qu’en voyant la dégaine de Bon Scott dans les premières secondes de la vidéo, torse poil, dégoulinant de sueur, les cheveux longs jusqu’aux épaules, on sait que le show va être sportif. Et il l’est : Angus, muni d’un des premiers systèmes de guitare sans-fil, court dans tous les sens pendant les 8 minutes du morceau, arpente la salle, passe entre les sièges des spectateurs, monte et danse sur le balcon, se roule par terre, saute… Il est increvable, on est épuisé rien qu’en le regardant. Mais il y a un truc qui me choque dans ce live : les spectateurs paraissent tous blasés. Ils sont totalement passifs, assis dans leur siège ; ils semblent s’offusquer quand Angus s’approche un peu trop près d’eux, et ce n’est qu’à leurs applaudissements à la fin du morceau qu’on sait qu’en fait ça leur a plu. Alors ok, on peut apprécier quelque chose sans pour autant hurler comme un veau et remuer les bras en l’air, mais bon c’est AC/DC qui se décarcasse pour vous ambiancer les gars ! Special thanks au mec en costume d’écolier, tout seul au milieu des spectateurs amorphes sur le balcon, qui lui m’a l’air d’apprécier le spectacle.

 

The Doors – Alive She Cried – Light My Fire

Ce live, c’est 10 minutes des Doors à leur top level. Les thèmes s’enchainent, introduits par Ray Manzarek, tous lotis de bons solos de guitare et sublimés par le chanteur Jim Morrison, dont la présence conquiert immédiatement tout la salle. La basse reste sur le même riff pendant que les autres instruments se déchainent. Il y a des passages un peu dissonants où le chanteur se met à hurler et où l’on croit que tout va exploser, puis s’ensuit un retour au calme, très soudain, pour respirer un peu… Jim Morisson, à peine sous substance, fait des gestes bizarres, reste une bonne minute, comme hypnotisé, à fixer la grosse caisse de son batteur ; il pousse des cris étranges, et on a un peu peur qu’il nous fasse une overdose en public. S’il est calme à certains moments, appliqué dans son chant, d’un coup tout s’accélère et il se remet à hurler comme un possédé… Mais bon tout se passe bien, ça reste cohérent du début à la fin. Les Doors ont fait Light My Fire en live plein de fois, et à chaque fois la performance de Jim Morrison était un peu plus folle. Dans un de ces lives, que je ne trouve pas sur le web, pendant un des passages « calmes », il amorce un dialogue avec le public et se confie : « It was the greatest night….of my life ». Merci Jim, nous aussi on a keaffé.

 

Nicolas

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.