TOP ALBUMS 2013 - ELECTRO

 

Omar-S - Thank You For Letting Me Be Myself

1. Omar-S – Thank You For Letting Me Be Myself

Producteur tout droit venu de Detroit, Omar-S n’a plus rien à prouver quant à sa capacité à nous livrer des pépites entre house et techno analogiques. Pour son 4ème album, il reste fidèle à lui-même et continue de faire ce qu’il fait de mieux.
Entre techno brute et house mélodique en passant par l’acid, cet opus entièrement dédié à ses fans nous rappelle à quel point on aime la musique de Detroit!

À écouter – Thank You 4 Letting Me Be Myself

James Holden – The Inheritors

2. James Holden – The Inheritors

James Holden signe ici l’un des albums les plus libres et insoumis de l’année. Imprévisible et expérimental, The Inheritors s’affranchit en effet de toutes les normes d’un genre traditionnellement très codifié et invente au passage ce que sera la Techno de demain. Boucles répétitives krautrock, complexité electronica, et envolées psyché jouissives à souhait, le producteur nous fait voyager au sein d’un univers futuristique insaisissable. Aussi indomptable que cet album puisse sembler, il en demeure néanmoins très humain et donc attachant, en partie grâce à l’utilisation de l’analogique qui laisse place à l’erreur et aux aspérités, et à l’enregistrement de la plupart des morceaux en une seule prise.

À écouter – Renata

DJ Koze - Amygdala

3. DJ Koze – Amygdala

Après 8 ans d’absence, Stefan Kozalla alias DJ Koze s’entoure des meilleurs (Caribou, Apparat, Matthew Dear…) pour nous livrer un album à la fois drôle, poétique, excentrique et généreux. Entre electro-pop et house minimale, Amygdala sait jouer de toutes ses nuances pour nous surprendre à chaque morceau. Sorti sur son propre label Pampa Records, il constitue un véritable vent d’air frais dans le paysage électronique actuel.

À écouter – Nices Wölkchen (ft. Apparat)

Boards Of Canada - Tomorrow's Harvest

4. Boards Of Canada – Tomorrow’s Harvest

L’un des albums les plus attendus de l’année, Tommorow’s Harvest marque le grand retour des BoC après presque une décennie de quasi silence radio. Avouons-le tout de suite, rien n’a changé dans leur approche et leurs manières de composer, si bien qu’on se demande parfois s’ils ont écouté autre chose que leur propre musique ces 10 dernières années. Passé ce premier constat, on est forcé d’admettre que cet album est le meilleur depuis leur chef d’œuvre Music Has The Right To Children. Plus que jamais l’émotion est immédiate et se passe d’artifices: les références geeks à la science se font plus discrètes, les mélodies s’imposent à nous comme des évidences, alors que les kicks électriques et les nappes aériennes les subliment. Magistral.

À écouter – Cold Earth

Four Tet - Beautiful Rewind

5. Four Tet – Beautiful Rewind

Il est bien difficile de mettre un mot sur la musique de Kieran Hebden : Electronica, post-dubstep, folkronica sont des termes qui reviennent, sans vraiment savoir comment les définir. Le 7e album de solo de Four Tet, « Beautiful Rewind », semble plutôt se diriger vers de la Bass Music britannique, à dominance jungle voire quelques souvenirs de rave. Sans oublier quelques sonorités drum’n’bass dont il semble réellement attaché. A vrai dire, il est bien difficile de vous décrire cet album par des mots tant sa complexité est fascinante. Les oreilles existent justement pour ça.

À écouter – Parallel Jalebi

Daniel Avery - Drone Logic

6. Daniel Avery – Drone Logic

Le premier album de Daniel Avery, Drone Logic, sorti en octobre, est aussi un incontournable de l’année 2013. Inspiré par son mentor Erol Alkan, qui l’a poussé à venir rejoindre son label et l’a inspiré à composer plusieurs EP, Drone Logic est le long résultat d’une œuvre moderne, métallique voire même post-humaine. Au programme, un mélange entre techno et acid house parfaitement dosé, en y rajoutant parfois des sonorités un peu plus longues en fin d’album, inspirant un côté rave des années 1990. En somme, comment allier de l’ancien avec du neuf.

À écouter – Drone Logic

Prince Of Denmark - The Body

7. Prince Of Denmark – The Body

Cet allemand plutôt discret est plus connu sous le pseudonyme de Traumprinz, valeur montante de la scène house. Mais lorsqu’il enfile le costume du Prince de Danemark, il met l’accent sur une techno minimaliste. Sur The Body, on oscille entre techno, dub et house avec des titres froids et atmosphériques, dénudés de mélodies, mais puissants et subtils. Une merveille qui va droit au but sans fioritures.

À écouter – Your Body

DJ Sprinkles – Queerification And Ruins

8. DJ Sprinkles – Queerification And Ruins

Queerifications And Ruins n’est pas vraiment un nouvel album de DJ Sprinkles puisqu’il s’agit d’une collections de remixes rares et souvent inédits réalisés entre 2010 et 2013. Il aurait été dommage cependant de passer à côté de ces 14 titres, tant ils nous livrent l’essence du talent du producteur New-Yorkais. On y retrouve cette façon si personnelle d’aborder la deep-house ; des basses rebondissantes mais jamais imposantes, des sonorités jazz omniprésentes, et des voix délicieusement langoureuses, le tout dépasse presque systématiquement les 10 minutes comme pour mieux étirer le plaisir à l’infini. Sensuel et très classe.

À écouter – Jorge C. – Little Beat (The World Is Ova Megamix)

Floorplan - Paradise

9. Floorplan – Paradise

Floorplan, autrement connu sous le nom de Robert Hood, nous rappelle dans cet album les délices de la techno originaire de Detroit. L’album Paradise nous offre 10 tracks d’une intensité assez folle, mélangeant sonorités très concentrées et vivantes avec quelques sonorités plus deep. Je m’imagine écouter cet album à bord d’une fusée, en apesanteur, en direction de nulle part, avec la seule intention de rester en l’air, mes bras flottant, et ma tête tambourinant sur le poste de contrôle.

À écouter – Change

Marco Bernardi - Motorways (EP)

10. Marco Bernardi – Motorways (EP)

Marco Bernardi signe ici sur le label Futurboogie Recording. Dans cet EP, le synthé occupe la place numéro 1. Ses claviers envoutants parcourent ses trois morceaux, mais Cosmic Aroma sort du lot. Il est doté de ce je-ne-sais-quoi qui le rend presque obsessionnel. Durant près de 7 minutes, Marco Bernardi nous fait voyager dans l’espace, avec comme itinéraire cette ligne de synthé portant à merveille son nom. Cosmic!

À écouter – Cosmic Aroma

On a aussi aimé: Function – Incubation, Markus Suckut – DNA, Ben Sims – Fabric 73, Mount Kimbie – Cold Spring Faultless Youth, Horroc Inc. – Briefly Internal, Terreke – YYYYYYYYYY
On a été déçus par: Daft Punk – Random Access Memory, Hot Natured – Different Sides of The Sun, Booka Shade – Eve
En 2014, on va suivre: Hot Since 82, Tale Of Us, Ben UFO, Kaytranada

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.