Son Lux - Lanterns

Derrière Son Lux se cache Ryan Lott, un New Yorkais discret mais plutôt doué.
Artiste multi-facettes, lorsque qu’il ne compose pas de musiques de pub ou de BO de films (Looper en 2012, The Disappearance of Eleanor Rigby prochainement en salles), ou lorsqu’il ne travaille pas sur son projet parallèle S/S/S avec Sufjan Stevens et Serengeti, Ryan Lott alias Son Lux ne cesse de nous surprendre avec sa musique aux sonorités orchestrales.

C’est après deux premiers albums réussis (At War With Walls & Mazes en 2008 et We Are Rising en 2011, qui a été réalisé en 28 jours dans le cadre du RPM Challenge!), sortis sur Anticon, l’excellent label américain de Hip-Hop, qu’il revient en 2013 avec Lanterns.

Sorti cette fois chez Joyful Noise Recordings, Ryan Lott confirme sa capacité à nous livrer une musique unique, à la fois baroque et moderne. Lanterns se démarque par sa richesse musicale, où se superposent de nombreuses couches sonores: on y trouve des cuivres, cordes, choeurs, voix et claviers. Un mélange singulier qui donne naissance à 9 titres mystérieux et lumineux, voire un peu étranges.

Aidé par DM Stith, The Antlers, The Dirty Projectors, Bon Iver ou encore Gem Club, Ryan Lott a opéré sur cet opus comme un véritable producteur de Hip-Hop, mettant l’accent sur les rythmes et les textures sonores.

Il nous illumine, nous surprend, nous fascine, nous captive avec ce véritable opéra baroque extrêmement ambitieux, d’une évidence rare. Lanterns aurait pu avoir sa place dans notre classement des meilleurs albums 2013 tant la succession des titres qui le compose s’apparente à un voyage d’une beauté rare et complètement hors du temps.

Son Lux jouera au Grand Mix, à Tourcoing, le Samedi 25 Janvier, à ne surtout pas rater!

BT


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *