A la frontière entre la musique électronique et les musiques traditionnelles de la région, de nouveaux styles musicaux tels que l’électro-maloya sont le nouveau fusil d’épaule des jeunes artistes de l’Océan Indien à la conquête du monde occidental. À la suite de la diffusion des logiques de la colonisation puis de la mondialisation, la musique traditionnelle de la région a eu non seulement du mal à se faire une place dans le reste du monde, mais aussi auprès de ses propres habitants. Toutefois, l’hybridation « électro-séga » a permis la récente explosion de nouveaux styles riches et variés. En quoi la musique électronique a-t-elle contribué à la renaissance de musiques traditionnelles de l’Océan Indien ?

Le séga, musique traditionnelle des Mascareignes – région du monde regroupant Maurice, l’Ile de la Réunion et l’Ile Rodrigues – a connu sa période de gloire auprès du public régional des années 1980 au début des années 2000. Toutefois, les jeunes populations, connectées et à la recherche de nouveaux sons, se sont vite tournées vers ce que le monde avait à leur offrir.

Cassiya est un groupe de séga mauricien formé en 1992 qui a pendant longtemps eu beaucoup d’influence sur les populations mauricienne et réunionnaise et même sur leurs diasporas.

Cependant, l’univers de la musique électronique et la flexibilité qu’elle offre ont récemment permis une hybridation entre la musique moderne occidentale et la musique traditionnelle de l’Océan Indien. Suivant ainsi l’émergence de l’afrobeat et de l’afro-électro, ces nouveaux styles propres aux Iles sœurs ont non seulement permis aux plus jeunes de renouer avec leurs traditions, mais également une meilleure représentation de la culture métisse des Mascareignes à l’international. Les rythmes et sons des percussions bien particuliers des ségas mauricien et réunionnais (ravannes, maravannes, triangle), associés à une base de musique électronique et accompagnés des libertés sonores qu’offre cette dernière ont porté l’ambition des collectifs de DJs de produire du local sur la scène régionale et internationale ; et ce au plus grand bonheur des jeunes générations.

Babani Records est un label international qui regroupe des collectifs de DJs de ce nouveau mouvement musical. Il promeut une plus grande imbrication entre la musique électronique et la musique traditionnelle de la région, voire même des coopérations entre artistes locaux de séga traditionnel et DJs qui produisent des performances live à couper le souffle !

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.