Nightmares On Wax

En 2013 l’actualité du label Warp fût de nouveau bien remplie, entre sorties des ténors de la maison (Boards of Canada, Clark, Autechre, !!!, Bibio…) et découvertes de nouveaux talents (Mount Kimbie, Oneohtrix Point Never, Kwes…). Avec une actualité aussi fournie, il aurait été facile de passer à côté du nouvel album du producteur anglais George Evelyn, plus connu sous son pseudonyme Nightmares On Wax.

Avouons-le tout de suite, Feeling Good ne révolutionne pas le son NoW, et c’est peut-être aussi pour cela qu’il n’a pas eu le même écho que ses albums précédents. Cependant lorsqu’une recette marche pourquoi en changer? D’autant plus qu’aujourd’hui, George Evelyn maitrise à la perfection son style reconnaissable entre tous, fait de sonorités jazz, dub et funk soutenues par des rythmes hip-hop.

Dès la première écoute on retrouve donc avec plaisir cette ambiance chaude, lounge, enfumée et moite à la fois, évoquant tout autant un début de soirée prometteur qu’un dimanche aprèm complètement dévoué au chill. On ferme les yeux, on s’enfonce dans le canap et on se laisse aller à battre la mesure.

Comme sur son prédécesseur Tought So…, le choix des voix et leur traitement est une des grandes forces de l’album. Ainsi, à part 2 ou 3 instrumentales, chaque piste nous propose un timbre particulier et au passage une véritable histoire, à l’image du mélancolique et très cinématographique Master Plan, sur lequel on croit entendre Portishead.

Si la formule NoW change peu, le producteur prend tout de même quelques risques en intégrant plus de morceaux rythmés, dont les très réussis Be, I Do et Now Is The Time. Sur certains titres, il se rapproche même des sonorités electronica propres à son label; de la frénésie d’un Clark sur Eye (Can’t See) et de la douceur d’un Bibio sur There 4 U.

Certes Feeling Good n’est pas parfait, et quelques morceaux sont sans doute de trop, comme le mollasson Om Sweet H(om)e. Néanmoins ce disque reste une sortie incontournable dans le paysage trip-hop/abstract actuel, confirmant le statut d’artiste de référence de George Evelyn.

Pourtant NoW est avant tout un DJ, et même s’il est toujours plus impressionnant à la production, c’est encore lorsqu’il mix que se révèle tout son talent. En témoigne sa récente prestation pour la caméra de la Boiler Room: cohérentes de bout en bout, ces 1h30 de mix nous révèlent des pépites soul, funk, et même disco au groove incomparable, aussi bien que des morceaux abstract hip-hop, plus dans la veine NoW. Ce track listing aussi extravagant qu’exigeant témoigne d’une totale liberté de genres, et d’un don pour créer des ambiances propices à la détente. Un mix chill-out éclectique et ébouriffant de maîtrise, qui réchauffera surement vos petites oreilles engourdie par le froid lillois.

Crate Digger

Catégories : Découvertes

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *