Que reste-il de Muslimgauze aujourd’hui ? Depuis son décès en 1999 à l’âge de 37 ans, le monde semble en effet avoir oublié la musique de Bryn Jones, si l’on excepte les collectionneurs de disque faisant monter la côte de ses innombrables sorties. Et pourtant l’Anglais est très probablement un des plus grands talents des musiques électroniques de ces 20 dernières années, ou au moins un des plus intéressants de cette période.

Muslimgauze, c’est avant tout l’histoire d’une obsession pour une région, le Moyen-Orient, et le sort de la Palestine en particulier, bien qu’il ait également consacré de nombreux albums à d’autres conflits dans la région. Dès les titres d’albums, le ton est donné : No Humans Rights for Arabs in Israel, Coup d’Etat, The Rape of Palestine, ou encore Vote Hezbollah. De même l’esthétique associée à sa musique laissait peu de place à l’interprétation, notamment la pochette des albums Uzi Mahmood ou Izlamaphobia. Bien qu’il ne soit pas un musulman pratiquant et qu’il n’ait jamais visité la Palestine (« Je ne pense pas que l’on puisse visiter un pays occupé. C’est un principe. Pas avant qu’il ne soit libéré » déclarait-il en 1994), l’existence même de Muslimgauze découle de l’occupation israélienne, le projet ayant été formé en réponse à l’invasion du Liban de 1982. Et si Jones n’a jamais choqué ou été censuré, cela est sans aucun doute dû à la faible notoriété de l’artiste, celui ci ayant toujours refusé de se compromettre pour toucher une plus grande audience : « Le cœur de la musique de Muslimgauze est la politique. J’ai trop d’idées pour mon propre bien, mais je crois en ce que je fais. Si vous n’aimez pas le résultat, je m’en moque ».

https://www.youtube.com/watch?v=1JSXrKCh5ow

Mais loin de n’être intéressant que par les thématiques abordées, et l’imagerie radicale qu’il utilisait, Muslimgauze l’est avant tout par le registre musical qu’il explore, passant librement de la techno lo-fi à l’ambient/illbient en passant par une house malsaine ou la musique électro-acoustique, et utilisant des percussions méconnues pour un résultat toujours très particulier. Et si son œuvre est généralement étiquetée tribal ambient / dark ambient, chaque album du producteur est entièrement différent : Izlamaphobia rappelle ainsi Aphex Twin période I Care Because You Do, et certains albums comprennent également des expérimentations bruitistes. Et si on lui demande pourquoi une musique à première vue aussi engagée ne comporte pas de paroles, l’artiste répond sans détour : « ce serait prêcher. C’est de la musique. C’est à vous d’en apprendre plus. Si vous ne le voulez pas, c’est votre décision. Vous pouvez juste écouter la musique, ou vous pouvez vous préoccuper de la situation ». Les seules références musicales au Moyen-Orient sont donc stylistiques, au niveau des instruments ou des fields recordings enregistrés dans la région qu’il se procurait on ne sait trop comment.

https://www.youtube.com/watch?v=iHVI3WKl-uc

Produisant exclusivement de façon analogique avec un matériel souvent fait maison et sortant ces projets sur des labels extrêmement obscurs (32 labels différents pour l’ensemble de son œuvre), Muslimgauze est aussi un des modèles de l’underground britannique. Certes, avec une œuvre qui dépasse les 200 sorties, sa musique est assez compliquée à aborder et tous les projets ne se valent pas forcément, mais le producteur arrive toujours à vous emporter avec lui, ne serait-ce que le temps d’un passage, et à vous emmener dans son univers extrêmement sombre au détour du sample d’un appel à la prière ou d’une mélopée cabalistique. De son œuvre démentielle et que je n’ai toujours pas fini d’explorer, j’en retiens personnellement Citadel, Vote Hezbollah, Azzazin ou encore Hebron Massacre. Deux choses sont aujourd’hui sures : l’entièreté de l’œuvre de Muslimgauze n’est toujours sortie, ce qui laisse présager de belles choses en perspective, et l’Anglais a eu une belle descendance musicale, notamment en la personne de Vatican Shadow, qui poursuit la radicalité de l’œuvre de Bryn Jones dans sa techno lo-fi.

Côme

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.