Il est certain que la deuxième ville d’Australie n’a jamais été perçue comme une grande capitale musicale à la mesure du potentiel créatif et de l’explosion de nouveaux styles entre ses murs depuis la fin des années soixante-dix. La production musicale dans cette ville se caractérise assurément par sa touche expérimentale et avant-gardiste, et ce quels que soient les genres musicaux concernés, en témoigne par exemple la Little Band Scene (une mouvance post-punk qui apparaît là alors qu’en Europe des noms comme Kraftwerk ou New order commencent déjà à habituer le public à ces nouvelles mélodies synthétisées).

Quartier Fitzroy à Melbourne

Ce fut tout bonnement une explosion, courte et intense ; pendant quelques années les quartiers périphériques de Fitzroy et St Kilda virent des dizaines de groupes naître et peupler les nombreux bars et les trottoirs de ces larges avenues de style colonial. C’est également dans cette cité lointaine qu’une nouvelle génération de musiciens surdoués, dont l’étoile montante Allysha Joy, jouent librement avec les codes du jazz, en mêlant la note bleue au p-funk, à la soul, au Hip Hop et tant d’autres (cf la compilation du label Brownswood).

Use no hooks : groupe de Post Punk et pionniers de la Little Band Scene

Bref, si cette ville sait se faire remarquer périodiquement pour la qualité de sa musique, c’est parce que celle-ci est depuis 50 ans un laboratoire musical en pleine ébullition, bourdonnant de nouvelles associations de styles et de créations originales qui savent parfois séduire les grands publics européens et nord-américains. Le boom de la scène minimal et micro aujourd’hui en est un cas d’école. Melbourne est le théâtre de la création d’un style original mêlant micro breakée, wet, dry percussions et explosion mélodique rappelant la trance à ses débuts. Et oui, il n’est pas exagéré de parler ici d’un boom, la preuve en est le succès de Katie Campbell aka Roza Terenzi, figure de proue de cette école que le public aura le plaisir de retrouver dans la programmation du Dekmantel 2021.

Roza terenzi et D Tiffany, les inséparables rookies de Melbourne (de gauche à droite)

Roza, exemple typique de la création artistique à Melbourne, commence comme chanteuse pop dans les bars des quartiers sud avant de donner un peu de repos à sa voix et de se focaliser sur la production. Après quelques EP très bien reçus par la scène de Melbourne, elle se lance véritablement avec « Mood » sorti en 2017 et publié par Salt mines. Son dernier projet « Modern Bliss » de 2020 publié par le label Planet Euphorique de son amie D Tiffany vient couronner son audace, sa prise de risque artistique et surtout son talent de génie pour le sound design. A quand sur Lille très chère Katie ?

A écouter pour se faire une idée :

Quentin

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.