Marc Moulin

Dimanche midi. Mes amis et moi-même nous dirigeons vers le Bun’s Bazar, situé dans le Vieux Lille, afin d’y déguster un des meilleurs burgers de la ville. Idéal pour se remettre de la soirée de la veille. Passé ce conseil culinaire gratuit, j’en viens à mon propos. A peine je m’attaque aux frites que j’entends une somptueuse mélodie, une sorte de tonalité jazzy groovy avec des sonorités plutôt deep house. Le saxophone résonne comme un fou dans mes oreilles, enchaînant solo sur solo, le piano électrique me fait sans cesse taper du pied, et un beat tellement entraînant et dansant. Avec le burger en bouche, c’est juste parfait!
Allez un petit coup de Shazam, et je tombe sur un artiste dont je n’avais encore jamais entendu parler: Marc Moulin.

Marc Moulin est un auteur-compositeur, pianiste, animateur radio né en 1942 à Ixelles en Belgique. Il s’est tout de suite intéressé à la musique jazz mais surtout à la musique électronique dès les années 1970, en fondant un groupe, Télex, accompagné de Dan Lacksman et Michel Moers. Ensemble, ils percent dans la musique en représentant la Belgique lors de l’Eurovision en 1980. Il a été aussi fondateur du groupe de jazz fusion Placebo (pas Le groupe de pop hardcore pourri américain, non non non) avec qui il a enregistré 3 albums entre 1971 et 1974.
En parallèle, Marc Moulin a mené une carrière solo des plus réussies, avec pas loin de 6 albums entre 1986 et 2007. En solo, il allie d’avantage les sonorités jazz et électroniques, pour des albums lounge, mélodieux, « smoothy » et dansants.
Mort d’un cancer en 2008 à l’âge de 66 ans, cet artiste pourrait sans aucun doute être considéré comme un précurseur du courant house/deep house, qui a vu son éclosion au milieu des années 2000.
Allez, trêve de bavardage, je vous laisse écouter.

Scarface


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *