NAME festival - 9ème édition

Le NAME Festival est peut-être l’un des meilleurs festivals électroniques de France, du moins par sa cohérence artistique, sa programmation détonante, et l’ambiance du Nord qui va avec. Je me souviens d’avoir vu une interview de Laurent Garnier, juste après son set lors du Sonar de Barcelone en Juin 2013, il disait alors que « le NAME Festival, avec le Sonar, fait partie de ces festivals qui gardent leur identité au fil des années, ne replongeant jamais dans les affres commerciales et les phénomènes de mode musicale ». Et en effet, vu la programmation de cette année, on est loin d’être en reste pour cette 9ème édition.

La Nordisque vous propose un petit tour d’horizon des soirées de vendredi et de samedi, les artistes à ne manquer sous aucun prétexte, les coups de cœur, et des artistes un peu méconnus du grand public mais pour le moins talentueux.

Vendredi 20 Septembre – La Tossée, Tourcoing
Il est minuit, la soirée commence plutôt bien. Les Lillois les plus habitués auront sans doute fait un petit passage du côté de chez Péo Watson, DJ résident du Magazine Club. A la Nordisque, on l’aime bien, il régale souvent nos fins de soirées après avoir vu des Ben Klock, Joris Delacroix, ou autres…

1h30 – 3h | Erol Alkan
Suite de la soirée, divers chemins s’offrent à nous. Wankelmut en DJ Set. Pour l’avoir déjà vu, ne vous y attardez pas plus que ça, un de ses sets au Showcase consistait plus à un enchaînement de sonorités un peu faciles, manquant d’originalité et de profondeur. Mon choix se porterait plus vers Erol Alkan, juste de quoi patienter avant de retrouver Jamie Jones.

2h – 4h | Jamie Jones
Clairement, l’une des références dans la nouvelle house, en modulant dans ses sets de nombreuses sonorités techno-minimales. Avec son label Hot Creations, il allie techno mélodique et bien plus deep. Ah, et écoutez son DJ Set au Time Warp 2013 à Mannheim, c’est cadeau! J’y étais, je n’ai pas pu le voir, mais bon entre Matador, Gaiser, et Carl Cox j’avais de quoi faire!

3h – 4h30 | Fritz Kalkbrenner
Comment passer à côté de Fritz Kalkbrenner? Peut-être un peu moins mis en avant que son frère Paul, son live risque d’être redoutable. À l’origine chanteur, invité sur l’album Bravo de Sascha Funke, il fait véritablement ses débuts en tant que producteur en accompagnant son frère pour la BO de Berlin Calling, dans lequel ils apparaissent tous deux sur le célébrissime Sky & Sand. En 2010, il produit son propre album Here Today Gone Tomorrow sur le label Suol. Un mélange entre deep house et techno qui me plait énormément.

4h – 6h | Maya Janes Coles / Miguel Campbell
Il est 4h00, un choix cornélien s’impose: Maya Janes Coles ou Miguel Campbell. Si le 2nd est le remplaçant d’Art Department, finalement décommandé, les deux en valent vraiment la peine. Maya Janes Coles, c’est quand même une place de neuvième au classement des meilleurs DJs réalisés par Resident Advisor en 2011, et le lancement d’un nouveau label I Am Me en 2013. Miguel Campbell, c’est une techno sans doute plus funky qui nous attend, avec des basses assez légères mais qui va en faire sautiller plus qu’un.

Pour les plus mélancoliques, je tiens à faire un petit hommage à Art Department, j’ai personnellement vécu cette annulation comme un coup de poignard au cœur. En attendant, pour patienter:

Samedi 21 Septembre – La Tossée, Tourcoing
Aie Aie Aie. Je ne vous résumerai pas cette soirée par ces quelques mots, mais en gros c’est ce qu’il faudra retenir.

22h – 00h | Matthus Raman
Pour ceux qui arrivent tôt, je privilégierais Matthus Raman à Art Is A Consequence. Le 1er est un DJ Lillois, ayant déjà collaboré avec de grands noms de la techno (Len Faki, Carl Craig, Luciano…) (No Vacation Summer Mix).
Pour le 2nd, les sonorités seront plus deep house, mais le beat de Perfect Love me laisse un peu dubitatif… Peut-être que j’ai tort, je vous laisserais en juger.

1h – 2h | Booka Shade
1h du matin: ça se joue entre Ellen Allien et Booka Shade. Ellen Allien, c’est certes une grosse tête d’affiche du festival et la marraine du festival. C’est aussi l’effigie de la techno allemande, à la tête du label BPitch Control. Sans doute un incontournable.
Mais à La Nordisque, on aime bien changer, c’est pourquoi je choisirai Booka Shade. Des basses tonitruantes, un alliage entre techno et deep house remarquable, des sonorités qui font planer à n’en plus pouvoir. Et puis c’est en live, ce n’est pas non plus négligeable.

2h – 4h | Tale Of Us
2h du matin, on en a déjà pris plein les oreilles, mais on n’a encore rien vu. Nouveau dilemme entre Boys Noize et Tale Of Us. Pour moi, pas de doute, le dernier en vaut clairement plus la peine. Alors, oui, certes, Boys Noize ça envoie et il est bon (l’avoir vu en live au Printemps de Bourges était quand même bien fou) mais vous le croiserez bien plus souvent en France que Tale Of Us. Le duo basé à Berlin est ce qui se fait peut être de mieux sur la scène électronique en Europe. Un alliage entre techno très deep et une mélodie électronique très émotionnelle. Outre leur Boiler Room aux Nuits Sonores, je vous fais partager un de mes sons préférés du moment:

4h – 6h | Andrew Weatherall
Allez, on finit tranquillement la soirée par Andrew Weatherall, un vieux de la vieille. Il fait parti de Warp Records, et c’est un des grands adeptes de techno expérimentale. Très bon pour finir la soirée en beauté.

6h du matin, déjà fini, on n’en peut plus, on est mort, on a les oreilles qui sifflent mais on a passé deux très belles soirées. Et on attend déjà la programmation de l’an prochain avec impatience.

Plus d’infos sur www.lenamefestival.com

Scarface


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.