Zoom sur la scène jazz londonienne.

Quand en 2016, la comédie musicale La La Land fait carton plein au box-office des salles de cinéma mondiales, le jazz est montré comme un genre musical sans avenir prêt à rendre son dernier souffle. Telle est la vision populaire vis-à-vis du jazz, des sonorités incisives et un public en partie composé d’initiés carrément snobs. « C’est trop compliqué », « on ne peut pas danser dessus », « jouez juste les bonnes notes, merde ! » : des mots qui font du jazz autrefois unanime, une chose abstraite et incomprise aujourd’hui. 

Au-delà de la Manche, la vision semble toute autre. Tandis que le monde entier semble prêt à poser un point final sur ce genre, en Grande Bretagne, le jazz est bel et bien en plein âge d’or. Depuis quelques années, une scène British, pionnière d’un changement radical dans la perception du genre, voit le jazz comme un moyen d’expression qui déborde de créativité, de spontanéité et de liberté. Des valeurs qui transcendent un public jeune et multiculturel prêt à s’attribuer le genre et à le faire évoluer une énième fois. Parmi ce public, certains artistes tels que le pianiste Kamaal Williams, le batteur Yussef Dayes ou la chanteuse Poppy Ajudha, ont réussi à se forger une carrière et une réputation grâce à un jazz revisité et plus contemporain. Désormais mélangeant Hip Hop ou électro, ces jeunes ont compris que le jazz n’est que le reflet des époques qu’il traverse, liant la musique aux codes actuels qui parlent au public. En effet, le jazz a toujours été un cocktail de genres musicaux qui n’a cessé de se renouveler. A ces débuts un mix de gospel et de blues, c’est un genre qui a eu le mérite de s’adapter aux différents environnements musicaux qu’il a traversé, et qui semble désormais reprendre une bouffée d’air frais en Angleterre. Mais jusqu’où le jazz ira-t-il ainsi ?

Pour découvrir ces artistes et leurs philosophies, je vous conseille de regarder le documentaire intitulé « We Out Here : A LDN Story » de Fabrice Bourgelle (seulement en anglais), ou à écouter la petite sélection ci-dessous :

Kamaal Williams ft. Henry Wu, Catch the loop
Alfa Mist, Keep on
Kokoroko, Abusey Junction
Tom Mish ft. Goldlink, Lost in Paris
Mansur Brown, Motions
Tom Misch, Disco Yes

Félix

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.