Capture d’écran 2015-12-04 à 15.22.32

Récemment est sorti le 8ième volume de la série de mixtapes réalisées par la plateforme française La Souterraine. Je me suis donc dit que c’était une bonne occasion de vous parler de cette nébuleuse parisienne de pop française underground.
Pour ceux qui ne connaissent pas, La Souterraine a été fondée en 2013 par deux amoureux de la musique, Benjamin Caschera et Laurent Bajon. Le premier est le co-fondateur du label Almost Musique, qui héberge des groupes tels que Arlt, Shimmering Stars, ou encore les danois Younolovebunny. Le deuxième est animateur de l’émission « Planet Claire » sur la radio Aligre FM depuis près de 18 ans, et un fervent chercheur d’or musical. Les deux se rencontrent sur « Planet Claire », dont Benjamin deviendra co-animateur par la suite.
Le projet de La Souterraine nait d’un constat : il existe aujourd’hui pléthore de groupes français choisissant de chanter dans la langue de Molière. Souvent, malheureusement, ces artistes triment dur sans jamais recevoir la reconnaissance du public, peut-être parce qu’ils ne savent pas bien se mettre en avant, surement parce que le public français entretient une relation ambiguë avec la chanson française. En effet, si je vous dit « chanson française », vous aurez plus tendance à répondre « Michel Sardou » ou « Jean-Jacques Goldmann », des artistes talentueux, incontestablement, mais dont la pertinence remonte plutôt à nos parents. Le terme de « chanson française » sera d’ailleurs bien rapidement confondu avec celui de « variété française », aujourd’hui synonyme d’hérésie ou de soirée au Snook (pléonasme).
Plus sérieusement, il semble que la chanson française soit en crise depuis un moment. À part quelques artistes français qui arrivent en haut des classements, la France des années 2000-2010 est fortement marquée par une sorte de tropisme anglo-saxon. Il suffit pour s’en convaincre d’allumer n’importe quelle radio FM.
Le duo de La Souterraine veut briser ce tropisme, en mettant en avant une scène délaissée par les auditeurs, et ce depuis des années. Et pour cela, quoi de mieux que de commencer par s’associer avec le groupe de rock Aquaserge.

Capture d’écran 2015-12-04 à 15.11.49

Véritable ovni musical, tirant ses influences du progressif, du kraut, du noise, autant que du jazz, Aquaserge est fondé à Toulouse en 2005 dans le désir d’explorer les abysses du rock, et d’en éclater les codes et les formats conventionnels. Restant longtemps dans l’ombre, le groupe reçoit enfin plus d’attention à la sortie de leur excellent À L’Amitié en 2014.

Benjamin Caschera est un ami de longue date de Benjamin Glibert, le guitariste d’Aquaserge (ayant également joué de la basse avec Melody’s Echo Chamber, un groupe de rock psychédélique), et Aquaserge rejoint son label Almost Musique en 2009. Sans surprise, la première publication de La Souterraine est donc une mixtape d’Aquaserge (intitulée MOSTLA-mix-SERGE-tape), postée en décembre 2013.

Capture d’écran 2015-12-04 à 15.12.13

En parlant d’Aquaserge, on retrouve également parmi les membres de La Souterraine Julien Barbagallo, le batteur du groupe et du projet de rock psychélique australien Tame Impala, qui sort un album solo sous le nom Barbagallo sur Almost Musique en 2014, Amor de Lohn. L’album, publié parallèlement comme Mostla mixtape chez La Souterraine, transporte l’auditeur dans une pop douce et mélancolique, avec d’excellents morceaux comme Ça, tu me et À côté de toi.

Comme nous le disions, signer de tels artistes n’est pas anodin. Le but de Benjamin Caschera et de Laurent Bajon est de « refléter la vivacité de l’activité souterraine » de la pop française, en réunissant autour d’une même plateforme une multitude d’artistes aux horizons musicaux très divers. Et diversité sonore il y a. Ainsi, la pop mélancolique de Requin Chagrin coéxiste (on ne sait pas trop comment) avec les expérimentations drone et noise du collectif LA NÒVIA. Ce dernier est probablement l’élément de plus surprenant de toute la discographie de La Souterraine. Collectif underground dont les membres s’étalent de l’Auvergne à la Franche-Comté, LA NÒVIA se revendique de la musique traditionnelle française. Mais attention, il ne s’agit pas ici d’une fanfare de campagne ! La musique du collectif est une sorte de mélange radical des musiques traditionnelles françaises avec des éléments de drone, de noise, de musique psychédélique et électronique. Leur mixtape, sortie sur La Souterraine en mars de cette année, est une véritable expérience musicale, que je conseille chaudement aux amateurs de noise rock ou de musique électronique (ou tout simplement à ceux qui veulent se taper des grosses barres, l’album est en téléchargement gratuit sur Bandcamp).

 

Capture d’écran 2015-12-04 à 15.12.28

Pour révéler la diversité musicale de la plateforme, La Souterraine sort périodiquement des mixtapes où ils présentent leurs artistes, avec une identité visuelle centrée sur le territoire, comme pour réaffirmer son authenticité et son enracinement profond dans l’identité de la France. Les visuels prennent la forme de différentes cartes géographiques de la ville de La Souterraine, dans la Creuse.

Capture d’écran 2015-12-04 à 15.12.45

Ils organisent également des concerts regroupant plusieurs groupes de La Souterraine, dans le but de rassembler une communauté et de créer une scène vivante, mais également pour attirer les maisons de disques. En effet, pour Benjamin Caschera, le but n’est pas de renverser le système actuel, mais plutôt de le travailler de l’intérieur. Il sert ainsi d’intermédiaire entre les artistes et les « requins ».
Le moindre que l’on puisse dire, c’est que le dynamisme de La Souterraine fait plaisir à voir. En servant de vitrine sur les talents cachés de la musique française d’aujourd’hui, La Souterraine nous donne un peu à voir les trésors oubliés de la France, et on ne peut qu’espérer que ce qui a commencé comme un acte de bonne volonté perdure. En attendant, on peut savourer le Vol. 8 de La Souterraine, qui est disponible depuis le 13 sur Bandcamp (cf. http://souterraine.biz/album/vol-8).

Cyril

Catégories : Articles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.