Vous noterez le talent de ce jeune cadre dynamique pour faire semblant ne pas voir l’avion à sa gauche.

Vous noterez le talent de ce jeune cadre dynamique pour faire semblant ne pas voir l’avion à sa gauche.

Jadis (il y a quelques mois), j’ai quitté le monde merveilleux de la purge pour atterrir dans une banque. Tout se passait comme sur des roulettes, les gens sont sympathiques et sentent bon. Puis, un beau matin, tout excité, j’ai annoncé avec fierté à mon équipe que j’allais au concert de Damon Albarn, le leader de Blur et Gorillaz.  J’ai alors assisté à une scène effroyable…

« C’est quoi ça Bleure ? », demande Samantha, 30 ans, MILF.

« Je crois que c’est du métal… », chuchote alors Jacqueline, 25 ans, asiatique, à Christian-Charles, 37 ans, originaire des Yvelines.

J’ai d’abord cru à un vilain calembour,  puis j’ai lancé une perche de 50 mètres de long pour voir si mes braves collègues ne se foutaient pas un peu de ma gueule en me calant une Nordisquette (lol !) : « Rooh quand même, vous savez, Blur, les rivaux d’Oasis, en Angleterre, dans les années 90 ! » en braquant une arme sur le pot commun de Carambars.

Le sourire de Christian-Charles quand il balance sa punchline.

Le sourire de Christian-Charles quand il balance sa punchline.

« Wazis ?, connaît pas ! » me balance à la gueule Christian-Charles comme un cornichon DoMac qu’on balancerait dans les frites du voisin.

J’ai alors réalisé l’ampleur du drame. Mes camarades d’Excel, mes piliers de la cafèt’,  que j’admirais par leur talent à casser du sucre dans le dos des autres derrière l’open space,  possédaient une culture musicale aussi étalée qu’une cuillère à soupe de Nutella© sur un quignon de pain. Je n’ai donc pas osé leur demander « Vous connaissez les Beatles ? » ou encore « Vous connaissez Jésus ? », de peur de faire un AVC.

Alors des questions métaphysiques se sont mises à trotter dans ma tête. Est-ce que le monde de l’entreprise possède un détecteur de culture musicale et empêche les intéressés d’entrer ? Est-ce que boulot rime avec électro, rock’n’roll avec payroll, ou musique avec fric ? Evidemment, j’exclue les boîtes de prod’ et autres maisons de disques (mises à part celles de Guetta et Sexion d’Assaut, à bon entendeur), dont c’est le cœur de métier. Après un gros fliptable, je me suis calmé et j’ai plutôt brainstormé sur une solution à ce problème majeur, qui pourrait nuire au CA de la société.

1ère solution : Gravir les échelons, prendre la place du PDG, et n’embaucher que des gens qui passent le blindtest de musique. (Attention, selon la tête du client, passer les Rolling Stones ou alors un bon gros 2Pac). Prends beaucoup de temps, est plutôt difficile mais paye beaucoup vers la fin.

Samantha passe le blindtest de justesse...

Samantha passe le blindtest de justesse…

2ème solution : Faire des petits CD compils avec une jaquette rigolote, genre :

travail4

Et graver dessus du Garnier, du ATCQ et du Arctic Monkeys. Une fois l’œil de Jacqueline attiré par ces chatons so fluffy, elle ne pourra pas résister et calera le CD dans son immonde chaîne CD Compact AKAI pour être engloutie à son insu par du beat majestueux.

Solution assez simple et efficace sur le long terme à condition de réitérer, mais peut se retourner contre vous si Jacqueline vous propose à son tour sa propre compil’.

3ème solution : Brûler la banque.

Méthode expéditive, mais plus dangereuse. Vous serez satisfait mais écouterez jusqu’à la fin de votre vie la douce musique du vent dans les barreaux de votre cellule.

Finalement, je n’ai rien fait et j’écoute ma musique au casque tout seul comme un blaireau en faisant mon TCD. Mais je préfère ça que vivre dans les miasmes de l’ignorance et passer à côté des moments de joie que nous procure la découverte musicale.

A vos oreilles !

Tom

Catégories : Non classé

2 commentaires

Michel · 17 septembre 2014 à 20 h 14 min

Meilleur article

Theo · 18 septembre 2014 à 7 h 25 min

Excellent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *