Jai Paul

La première et unique fois que j’ai entendu Jai Paul à la radio, c’était sur Nova, en 2011. C’était son premier single après qu’il ait signé avec le label XL Recordings: BTSTU. Je me rappelle m’être dit que je n’avais jamais entendu un son aussi bordélique et harmonieux en même temps, et que c’était magnifique.

Puis en 2012, Jai Paul a sorti Jasmine. J’ai écouté ce morceau en boucle dans mon iPod, pour sa voix, pour la mélodie, pour les paroles: « Would you love me over? / Like a bottle of Gin / Jasmine », et je me suis dit que Jai était un sacré génie. Pourtant, sur Internet et autour de moi, c’est le grand vide. La seule chose que je réussis à apprendre est que Jai est londonien, sûrement un peu drogué vu ce qu’il produit, et qu’il a une coiffure assez douteuse.

Malgré le buzz qu’il a créé aux Etats-Unis, la radio BBC déclarant en 2012 que son album est « the hottest of the world », des artistes comme Beyoncé ou Drake le remixant, Jai Paul reste l’artiste le plus mystérieux qui soit, déclarant comme pour justifier un peu son absence médiatique: « But I realised, as much as I don’t want to admit it, I’m kind of a hippie. »

Je fais partie de ces gens qui pensent que lorsqu’on produit un ou deux sons de génie, on ne peut pas en produire d’autres, ou en tout cas qu’ils ne seront jamais aussi bons. Pourtant, il y a moins d’un mois, on me reparle de Jai, de comment il s’est fait voler son ordinateur par un petit *** qui ne s’est pas gêné pour divulguer une démo de son nouvel album Rayners Lane (sur Grooveshark notamment), se faisant passer pour l’artiste.

Alors depuis, j’écoute avec une pointe de tristesse pour ce pauvre J. Paul ce pseudo-album illégal, et je me dis que j’avais bien tord. Alors oui d’un côté, cet opus est complètement fou, avec des extraits de films et des envolées lyriques indiennes, mais de l’autre il m’a prouvée qu’on peut créer bien plus que deux chansons de génie dans sa vie.

Caro

Catégories : Découvertes

1 commentaire

Zizou · 25 janvier 2014 à 18 h 54 min

après qu’il ait signé*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *