21112014-21112014-perno j4 (120 sur 226) - copie
Nous avons rencontré le jeune Mr Troy
qui a ouvert la soirée Trip-Hop du festival Le Père Noël est-il un Rocker ? à la suite de son live qui a fait bouger le public du Splendid à Lille.

Fidèle à sa volonté de mettre la musique en avant, vous verrez que Mr Troy reste discret, voire mystérieux sur l’origine de son nom de scène, et qu’il n’est pas du genre à crier sur tous les toits qu’il est ce beatmaker au sonorités hip-hop, jazzy, déjà auteur de plusieurs albums dont le dernier Source, et de succès comme « Just Enough ».

Mais lorsqu’il s’agit de parler de musique, d’influences et de collaborations, on sent la culture et la finesse du passionné qui parlent. Et en plus, on a eu la chance de faire un petit tour dans son iPod !

La Nordisque : Salut Mr Troy ! Alors, tu as kiffé la soirée trip-hop du Perno ?

Mr Troy : Je n’étais pas présent tout le temps dans la salle, mais ce que j’ai vu était super cool !

 N : Et ton set était cool ?

Mr Troy : Comme je l’ai entendu du côté des retours, je ne peux pas savoir comment le public l’a apprécié. Moi j’ai passé un bon moment !

N : Pourquoi tu veux que la lumière ne montre pas les traits de ton visage ?

Mr Troy : En fait c’est ce que je demande en général, j’essaie de ne pas montrer beaucoup de choses.

N : En préparant cette interview et en écrivant une présentation de toi pour le site de la Nordisque, on a certainement décrit ta musique plus que toi tu ne le fais.

Mr Troy : Oui c’est vrai que je ferme beaucoup de ce côté-là, ça ne doit pas être facile pour les journalistes !

N : C’est intentionnel ?

Mr Troy : Oui oui c’est intentionnel ! C’est entre autres pour ne pas être reconnu dans la rue, mais dans le fond c’est peut-être plus pour que le public se concentre sur ma musique. Les artistes qui vendent tout un ensemble musique et image, je trouve ça très bien, mais moi ce n’est pas quelque chose que je sais faire. Je suis surtout un producteur, je suis très axé sur la musique, et c’est ça que je veux montrer aux gens.

N : Tu as commencé à faire de la musique à 14 ans ?

Mr Troy : Ahah non, j’ai dû dire ça à quelqu’un un jour. En fait, j’ai commencé à faire du son à 14 ans, mais c’est tellement loin de ce que je fais aujourd’hui que je ne peux pas inscrire ce début dans la continuité de ma musique.

N : Tu as 20 ans aujourd’hui, être lancé dans la musique à cet âge c’est très jeune quand même…

Mr Troy : Oui, c’est une situation spéciale. Mais ce n’est pas un problème pour mes études par exemple, étant donné que je n’en parle pas à beaucoup de monde. A part certains potes, les gens ne savent pas trop que je fais de la musique, enfin plus ou moins quoi. En fait je ne sais pas trop ce que les gens savent.

N : D’où vient ton nom de scène ?

Mr Troy : En fait, il a un sens pour moi, mais seulement pour moi. Si je l’expliquais je pense que ça n’aurait pas beaucoup de sens pour les gens.

N : On ne comprendrait pas ?

Mr Troy : Ce n’est pas que vous ne comprendriez pas, c’est que je ne veux pas que vous compreniez ! Mais qui sait, dans 35 ans je vous appellerai peut-être pour vous expliquer…

N : Et à propos de ta musique, quels sont les artistes qui t’ont influencé et donné envie d’en faire ?

Mr Troy : Je pense que les artistes ont des influences de départ, pour commencer quelque chose, mais pour continuer d’autres influences se rajoutent. Quand j’ai fait mes premières instrus, j’aimais beaucoup DJ Premier, J Dilla, tous ces beatmakers hyper connus.

N : Tu peux nous parler de ta collaboration avec Junclassic ?

Mr Troy : Oui, on a collaboré à deux reprises. Junclassic c’est un MC du Queens. Nos collaborations se sont faites par internet, il m’envoyait ses enregistrements et moi après je mixais dessus, c’était assez spécial. C’était une très bonne expérience, j’ai appris des choses sur l’art en travaillant avec Junclassic, dans les petits détails de ce que l’on a fait ensemble. C’était vraiment intéressant.

N : La première fois que j’ai vu ton nom et que j’ai téléchargé un morceau de toi, je l’avais découvert sur une vidéo de Hugo Tout Seul. Tu le connaissais ?

Mr Troy : C’était des morceaux que j’avais déjà postés sur Internet. Je lui avais fait écouter, il avait bien aimé et c’est pour ça qu’il les a pris pour ses vidéos, ce qui m’a permis de me faire connaître davantage auprès du public.

N : Justement, comment tu décrirais ta musique ? Est-ce que tu dirais que c’est du trip-hop ?

 Mr Troy : Le trip-hop, je n’ai jamais compris ce que c’était. Ce qui me dérange, c’est que j’ai l’impression que c’est juste un terme étiquette, une catégorie supplémentaire. Tous les artistes qui sont catégorisés trip-hop, ce sont surtout des artistes qui au départ voulaient sortir des genres de musique, et on a fini par les classer, pour que les gens puissent comprendre. Massive Attack, c’est censé être du trip-hop, c’est un groupe très spécial, et pour moi chaque artiste « trip-hop » a quelque chose de spécial. Au sein de mêmes genres il y a des artistes qui font des choses très différentes.

N : Tu as des projets dont tu voudrais nous parler ? Des collabs ?

Mr Troy : Oui, j’ai des collabs qui vont sortir. Ce soir, j’ai joué des sons que j’ai faits avec un jeune rappeur de Floride qui n’a jamais sorti d’album. Je ne peux pas dire son nom car on n’a rien sorti pour le moment.

N : Tu écoutes quoi comme musique en ce moment ?

Mr Troy : Attends, il faut que je réfléchise… Je vais sortir mon iPod ce sera plus simple ! (Il regarde dans son iPod…) En fait j’écoute beaucoup de choses, tous les jours je change d’artistes. En ce moment, j’écoute Oxmo Puccino. J’écoute aussi Swizz Beats, un mec qui fait du hip-hop, il a fait un morceau qui s’appelle « It’s Me Snitches », ce son est vraiment chaud. Il y aussi Dudley Perkins, qui est sur le label Stones Throw.

(Crédit photo de l’article : Homard Paillette : http://homardpayette.com )

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *