Temps-Mort

 .

      J’demande un temps mort. Mesdames, messieurs, Booba est venu marquer son temps malgré (s)on teint, cracher (sa) haine, lui, et ceux de derrière. Venu pour l’titre, pour l’chèque ; pour l’meilleur et pour l’pire, pas là pour rire. Jusqu’ici tout va bien.

      Laisse moi faire (s)on apologie. Booba, né à 2km d’où (il) traîne, instable au micro insoumis, insolent contre les agents, les médailles d’argent. Rappe depuis peu, pour certains, (il est) encore p’tit, (c’est la) Nouvelle Ecole. (Il) bosse pour (s)on peuple, (la) génération Mad Max née dans le magma. (Comment ? Il n’) a que ses tripes, son hip hop et quelques principes, le vice et la vertu. Pas d’douceurs p’t’être parce qu’(il) vit dans la haine. Et sans (s)a putain d’weed (il) aurai(t) pas le style que t’entends, (car il) écri(t) des phrases de fou depuis qu’(s)on joint s’est roulé.

      Temps Mort (décrit s)a génération, shit, violence et sexe. (Peint) la belle vie sous un autre angle ; montr(e) l’Hexagone du doigt du shit sous un ongle. (Des) putain(s) de morceau(x) et tous les blocs ont leurs Glocks. Boob’s le météore (est lancé), trop tard pour foutre du mascara sur un cocard, que le Hip Hop français repose en paix.

      (Alors) écoute (s)on air, (s)es nerfs et son (s)on, putain de merde ! Un son qui, noir amer comme un café sans sucre, vient d’Paris des grands ensembles. (Là où) on y pousse un peu d’travers, on y cultive sa haine anti-flics ou gendarmes.

.

J’ai vu l’passé kidnapper l’avenir (et l’une des plus belles plumes du rap partir.)

C’était juste un puzzle de mots et de pensées (, coécrit avec Booba.)

.

 

Mathias


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *