Il n’est pas indispensable d’en arriver jusqu’au 27è morceau du 70è album de Frank Zappa (pour votre information, il s’agit de Kaiser Rolls, dans l’album OZ) pour se rendre compte que ce musicien hors-norme et encore plus prolifique que les Beatles, mais à lui tout seul, fait tourner régulièrement ses paroles autour du sexe, de trucs un peu obscurs, et parfois un peu plus obscurs. Mais toujours avec une bonne dose d’humour noir et de 238ème degré. Suivez quelques uns de ses morceaux en faisant attention à sa poésie, et croyez moi que vous allez vous marrer.

Mais c’est pas le sujet aujourd’hui.

Je veux plutôt vous parler de ce qu’il s’est passé le 19 Septembre 1985, quand un comité du sénat américain (United States Senate Commerce, Technology, and Transportation committee, dans lequel figurait Al Gore) et le Parents Music Resource Center (quelques femmes d’homme politiques mal baisées persuadées qu’elles peuvent changer le monde en combattant le mal, parmi lesquelles la femme d’Al Gore) s’en sont prit à Frankie, pour son contenu à fort caractère érotique, déjanté, parfois même qualifié par les mormons nommés ci-dessus de « sataniques ».

La défense du musicien est exceptionnelle, fine et drôle, et d’un bon sens humiliant pour les gros poissons du sénat qui font face à lui. Le débat est stérile du côté des politiciens, sauf de la part d’Al Gore (un chic type, décidément) qui avoue même adorer Mothers Of Invention.

Voilà donc en cadeau le passage de ce génie devant le sénat américain tenté par la censure et à deux doigts de pisser sur le premier amendement de la constitution.

Un petit extrait, si vous avez la flemme de tout regarder :

The PMRC proposal is an ill-conceived piece of nonsense which fails to deliver any real benefits to children, infringes the civil liberties of people who are not children, and promises to keep the courts busy for years dealing with the interpretational and enforcemental problems inherent in the proposal’s design. It is my understanding that, in law, First Amendment issues are decided with a preference for the least restrictive alternative. In this context, the PMRC’s demands are the equivalent of treating dandruff by decapitation … The establishment of a rating system, voluntary or otherwise, opens the door to an endless parade of moral quality control programs based on things certain Christians do not like.

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.