Al Tarba

A l’heure où les beatmakers sont à la mode, où le trip hop n’est plus un concept flou et où C2C passe en fond sonore quand tu fais tes courses à Intermarché, prends le temps d’écouter les morceaux d’Al’Tarba. Au moins un.

Vu, la semaine dernière à La Maison Folie de Wazemmes, MFW pour les gens un peu ghetto, le garçon a une vraie tête de gentil et un bonnet vissé sur sa tête malgré les 10000000 degrés qu’il fait. Cet air de BB brune bien propret cache en fait petit gars prêt à retourner la salle mais aussi un producteur/beatmaker de talent. Le toulousain a quitté depuis longtemps déjà sa ville natale et a fait un tour du coté de chez nos amis Américains. Il a par exemple collaboré, avec Raekwon, Wu Tang Clan, un mec plutôt recommandable (musicalement parlant, of course)

Al’Tarba (décidément ce nom est nul) qualifie sa musique “d’abstract Hip Hop”. Je suis pas convaincue, ca me paraît bien compliqué comme définition. Pour résumer en trois mots sa musique, je dirais que c’est un univers hip hop un peu sombre entrecoupé de samples originaux comme Brassens, Fayrouz ou Bourvil. C’est aussi plein plein d’énergie sur scène, et c’est vraiment agréable, parce que bon regarder un gars derrière ses platines, ca peut vite devenir chiant.

Le mieux pour savoir à quoi ca ressemble c’est d’écouter, entre autre, l’album Lullabies For Insomniacs qui était jadis disponible gratuitement et légalement sur internet.

Catégories : Découvertes

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *