Interview : Mat Trang

Lune

 

La Nordisque est partenaire de l’événement L’Une. L’Une est clairement un événement atypique dans la nuit lilloise, on approuve ce genre d’initiative et nous avons voulu en savoir plus sur le collectif qui se cache derrière cet événement. Voici l’interview !
Nous vous offrons également 2×2 places à gagner pour cet événement !

Commençons par parler de toi et de ton collectif  Mat Trang ?

Individuellement, je travaille depuis quelques temps dans le monde de la nuit, et je suis passionné de musique depuis très longtemps. Notre collectif s’est créé naturellement, lorsque l’idée de L’Une a fleuri dans nos esprits.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer ce collectif ?

Clairement, nous avions besoin d’une identification auprès du public et Mat Trang s’est créé dans ce sens.

Quel est le but poursuivi derrière ce collectif ?

Pour l’instant on veut juste faire une bonne soirée dans un endroit atypique!

Quelle est la prochaine étape du collectif ?

Avant de penser à la suite, on va se concentrer sur ce qu’on fait maintenant et la soirée L’Une.

Je trouve toujours intéressant de comprendre d’où viennent les personnes dans le monde de la musique, dites-nous comment vous êtes-vous construits musicalement ? Où avez-vous construit votre culture club ?

J’ai un père musicien et passionné de musique électronique en tout genre. J’ai grandi au son de Jean Michel Jarre, Vangelis, mais aussi Depeche Mode, New Order. À 10 ans je tapais sur les touches des synthés de mon père et tournait les potards en écoutant les variations de timbre. Vers 15 ans, j’ai connu l’excitation de mes premières sorties en belgique, et c’est là que s’est construit ma culture club

Ta boite préférée ?

Le Bliss Club en Belgique. J’y ai tellement tapé du pied que certaines de mes chaussures en portent encore la trace, sans avoir pourtant été majeur. L’esprit Techno et Electro de la boite, porté par DJ Sispeo, résonne encore en moi malgré sa fermeture.

C’est la première fois que j’entends parler de votre collectif, c’est votre premier événement ?

Sous le nom Mat Trang, c’est en effet notre premier événement. Nous avons par le passé organisé d’autres soirées sous des noms différents, ou en travaillant pour d’autres organisations, ce qui nous a permis d’acquérir de l’expérience auprès de différents publics et dans différents contextes. Nous ne souhaitions pas présenter le projet « Mat Trang’ » et « L’Une » sans avoir un minimum de bagage derrière. Nous avons également décidé de nous entourer de très bons conseillers (DJ Sispeo, SL Events, Spiritek…)

Pour un premier événement vous voyez les choses en grand ! Qu’est-ce qui vous a poussé à faire d’un coup un événement d’une telle ampleur ?

Simplement, nous avons eu cette opportunité unique de réaliser une soirée dans un entrepôt. Ne voulant pas la laisser bêtement tomber, nous avons décidé de saisir notre chance, et d’affronter les risques allant avec. Aussi, l’expérience de certains de nos membres nous est profitable, nous avons les moyens et la volonté de pouvoir investir correctement les lieux.

Lune2

Depuis combien de temps vous pensez faire cet événement ?

L’idée trotte dans ma tête depuis plusieurs années, et ça fait maintenant trois mois -dès que la chance s’est présentée-, que nous avons décidé de la concrétiser.

Vous n’avez pas peur que sans avoir réussi à fédérer une communauté avant, la soirée soit un échec ?

C’est en effet une peur pour nous, néanmoins, nous sommes confiants quant à la réactivité du public techno français et belge. Il n’y a pas besoin de 10 000 « j’aime » sur la page Facebook d’un organisateur pour comprendre qu’il présente quelque chose de sérieux et original.

Et puis tout dépend de ce qu’on entend par « une soirée réussie » : le nombre de personnes? la recette?..

On veut juste que les gens passent un agréable moment sur de la bonne musique.

Je suis très heureux parce que c’est un événement atypique dans le paysage de la nuit lilloise par l’esprit qu’il revendique, le lieu.., qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce genre d’événement ?

Comme nous l’avons dit avant, nous avons eu l’opportunité d’utiliser l’entrepôt. Nous avons aussi une sensibilité artistique qu’on a envie d’exploiter, et c’est pourquoi nous avons décidé de nous entourer de personnalités créatives (graffeurs, photographes, plasticiens)

Lune3

Tapons dans le dur, mais l’esprit que vous revendiquez dans cet événement n’est-il pas mort ?
N’êtes vous pas en train de surfer sur une mode, une demande effective, qui ne repose pas sur l’essence de l’époque des Rave Parties ?

Puisque vous tapez dans le dur, soyons clairs à notre tour. L’époque « Rave Party », « Summer of Love », « Spiral Tribe » a été annihilée par le clubbing français, fait parfois d’entrée hors de prix, de consos à 8 balles, et d’organisateurs cupides. Ce n’est pas ce qu’on cherche à proposer. On utilise le terme « rave » car il est évocateur, pour nous cela fait surtout référence à un état d’esprit, au fait d’investir un lieu le temps d’une nuit ou plus, pour danser.

Comment allez-vous faire pour que l’esprit que vous prônez soit au rendez-vous ? Etant donné que cela dépend surtout du public…

Effectivement, ça dépend du public. On ne peut pas dicter les états d’esprit, ce n’est de toute façon pas notre but. Chacun peut y apporter sa manière d’être. On met à disposition un lieu unique, avec une âme propre, on ne recherche rien de particulier si ce n’est que les gens viennent et dansent, le reste se fera tout seul.

J’imagine que ce doit être très dur en France d’organiser ce genre d’événement avec toutes les réglementations, la peur des pouvoirs publics etc… Comment ça se passe au quotidien ?

Détrompe toi, c’est plutôt simple et excitant de gérer l’orga de la soirée au quotidien.

Notre évènement est 100% légal et autorisé, nous n’avons pas eu de difficulté particulière avec les autorités.

Juridiquement, ça reste une simple soirée festive, qui se base sur le modèle de la rave. Tant que l’on connait la loi, il n’y a plus qu’à la suivre, celle ci est assez permissive au final.

Lune4

Comment avez-vous réussi à convaincre les pouvoirs publics d’organiser cet événement ?

Un petit bisou dans le cou et tout est réglé!

Avez-vous peur d’une interdiction de la part de la Préfecture au dernier moment pour une raison obscure ?

Non, toutes les règles sont respectées, nous faisons également de la prévention et de la sécurité des personnes en travaillant avec l’association Spiritek et des vigiles formés aux premiers secours et à la gestion des risques festifs. Il n’y a aucune chance que l’évènement soit annulé.

Comment avez-vous trouvé le lieu ? Est-ce une location ?

Toujours le petit bisou dans le cou!

Question line-up pourquoi n’avez-vous pas poussé la logique jusqu’au bout en organisant une scène Acid-House comme à la grande époque en Angleterre ?

Nous souhaiterions regarder vers l’avant plutôt que vers l’arrière. La « grande époque » anglaise des années 90 n’est qu’une source d’inspiration. On souhaite d’abord rendre hommage à la musique électronique underground, la programmation, tu la découvriras en venant le 19 décembre.

En écoute le Podcast pour La Nordisque de l’un des Djs de la soirée Pinkman

https://soundcloud.com/lanordisque/ap-ro-mix-8

 

Quel regard portez-vous sur la scène locale lilloise et ses alentours ?

Nous pensons que le cadre de la grande ville, avec des voisins et des nuisances possibles est assez restrictif, il est difficile de trouver des lieux qui conviennent à toutes les initiatives.

Il y a beaucoup de collectifs très investis dans la scène lilloise, c’est majoritairement le lieu qui ne suit pas.

De plus, le monde de la nuit, marqué par la concurrence, peut nous faire oublier qu’on a tous un objectif commun. C’est peut être naïf de notre part, mais on pense qu’en s’unissant, tout serait plus simple.

Ne pensez-vous pas qu’il y ait une volonté de la part des pouvoirs publics de sur-contrôler le monde de la nuit ? Et de détruire les initiatives personnelles ?

Les pouvoirs publics sont naturellement amenés à contrôler tout ce qui se passe sur leur territoire. Les initiatives personnelles sont toujours possibles si vous ne les provoquez pas trop. Il est normal que le milieu soit régulé, il ne faut juste pas se laisser abattre par la loi. Une barrière peut être contournée mais intelligemment.

Lune5

La Nordisque remercie les membres du collectif qui se sont prêtés au jeu de l’interview et nous réservent une belle soirée.

Pour gagner vos places ?

1° Like notre page Facebook ici

2° Envoie nous le son de ta semaine avec Nom Prénom à l’adresse suivante contact@lanordisque.fr avec en objet L’Une.

3° Augmente tes chances de remporter les places en partageant notre publication sur Facebook

Samedi 19 Décembre

De 22:00 à 10:00

A Orchies (à 20 mn de Lille, Tournai, Valenciennes, Douai)

Lien vers l’évent : https://www.facebook.com/events/1643443635909337/

Post Your Thoughts