Ca y est vous venez de venir au monde, à peine né et vous entendez déjà dans vos oreilles cette douce musique du Roi Lion « c’est l’histoire de la vie » avec ce fameux cri très étrange du début Aaaaaiiiii zewegnaaaaaa babiiiiiii chiouaouah !!

Pendant vos premières années de vie, peu de mélodies vous restent en tête, sauf celles de la tondeuse de papa ou alors le bruit de faire pipi dans le bain parce que c’est rigolo.

Puis nos oreilles commencent à s’ouvrir musicalement. Dès 7-8 ans, notre intérêt se tourne tout d’abord vers les musiques de dessin animé : pokemon , les malheurs de Sophie, les tortues ninjas, les 3 petits cochons, … tout y passe, c’est ridicule mais à cet âge-là on s’en fout ! Après, on commence à évoluer un tout petit peu : on écoute les L5, Jennifer, Lorie, Larusso, Willy Denzey pour les filles; Kyo, O-Zone, Tragédie pour les mecs. Bref à cette époque on se sent vraiment frais. Mais vraiment beaucoup en plus ! On découvre alors la radio. Oui, à cet âge-là  on a tous l’oreille encore un peu sensible, alors on commence par Europe 2, et puis il y a un moment où on veut entendre du hard, mais du gros hard, donc on écoute NRJ. Là les choses sérieuses commencent, puis on passe à Skyrock parce que bon Diam’s et Soprano nous font vraiment rêver. Puis on en a marre du rap, alors on écoute Fun Radio parce que c’est la radio des gros clubbers qui kiffent le gros son à mort. Après Fun c’est Radio FG, puis on revient aux basiques avec RTL2, Radio Nova , parfois on se fait des bons kiff avec Radio classique (testé véridiquement c’est vraiment agréable), et au final on écoute plus du tout la radio, parce que « le commercial c’est mal ».

Mais revenons surtout sur notre évolution musicale. Durant la période du collège, on découvre des sons qui nous font rêver. 1er grand classique, « La Boulette » de Diam’s qui restera à coup sûr dans les annales. Pour compenser nos boutons sur la gueule, on se sent alors obligé d’écouter du rap, du gros B2O, du Soprano parce qu’il a une voix marrante, La Fouine, Rohff, et surtout … Fatal Bazooka. Le collège c’est aussi le rock, le bon rock, tous les soirs sur sa gratte à regarder des vidéos sur internet pour apprendre The White Stripes, Green Day, voire, pour  les malades mentaux les plus agités, du Marilyn Manson…

Viens la période du lycée. Là ça évolue légèrement : on commence à avoir du goût, soit en écoutant des sons à l’ancienne (ah Bob tu nous fais rêver), soit en écoutant des toutes nouvelles musiques qui font 500 vues sur YouTube. Cependant, il a été aussi prouvé scientifiquement que certaines personnes ont dévié de cette tendance. Pour certains mecs, l’apprentissage de l’allemand les a amenés vers Helmut Fritz ou autre Rammstein … Pour les filles, on ne peut pas éviter le phénomène Tokyo Hotel même si on s’est tué à leur dire que le chanteur est gay. Rien à faire.

Puis vient la prépa… Néant total. 2 ans de merde, durant lesquelles même Tacata devient une musique sympa. Mon Dieu, la prépa m’a tué.

Enfin arrivée en école de commerce. Jamais je n’aurai pensé que la musique du Snook me bercerait autant. Jamais je n’aurai pensé qu’on pouvait danser comme Dr. Fermax (qui nous quitte bientôt pour l’apprentissage, big up cousin, t’as vu raiiii)… Bref, à chaque époque, nos tendances musiques évoluent… Oui, un jour, nous connaitrons par cœur tous les chants de messe du dimanche matin, c’est une évidence !

On en reparle dans 50 ans !

Scarface

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.