C’est l’histoire de deux débiles qui ont perdu 40 euros. Comment ? En pensant qu’aller à I Love Techno avec leurs déguisements de pingouins qu’ils avaient loués deux jours avant pour la soirée paire était une bonne idée.

I Love Techno

Nous sommes accompagnés dans notre périple par deux Ad’Lib (dont le très connu « L’idiot ») et 2 PDC, nous-mêmes étant des Ad’lib. 18 Heures, départ pour une petite heure de trajet, direction Gent en Belgique. Beaucoup de monde, beaucoup de bordel. 35 000 personnes sont attendues pour l’évènement. S’étant évidemment décidé à la dernière minute nous n’avions pas acheté nos places avec Sam. Mais on savait qu’il y avait du surplace. Sauf que bien sûr, ils ne prennent pas de liquide à l’entrée, qui coûte 65€, et le banque la plus proche est à 15 minutes de Pendelshtoubelbus. Du coup les autres rentrent dans la salle et nous on se retape une heure de trajet pour reprendre la navette pour retourner à la ville, retirer, refaire la queue pour la navette et revenir. La soirée commence bien…

Mais arrivé là bas, il y a peu de queue (sauf pour les tickets boissons…), c’est bien organisé et on ne perd pas de temps entre les salles. Il y a un énorme hangar principal pour se reposer, manger etc. Et 5 portes qui donnent sur 5 salles où sont les différents concerts. C’est parti pour 10h de musique : 20H-6H. Direction la Red Room, en callant sur le chemin quelques photos avec des inconnus, une interview par un journal belge et une courte explication à la télévision sur ce qu’on foutait là habillés en manchots.

On commence par Hudson Mohawke, un jeune écossais du label Warp, une référence pour moi. Mais je connaissais peu cet artiste. Son live était plutôt sympa et assez psyché, mélangeant musique électronique et hip-hop. A la moitié, on décide de rejoindre les autres qui écoutent Benga. On change complètement de style avec cette fois de la Dubstep. N’étant pas très fan à la base, j’y vais avec un peu de réticence. Et pourtant j’ai bien aimé, une Dubstep pas trop violente et assez propre. Mais je trace avec Sam pour aller voir Joris Voorn, de la bonne Techno-Minimale. Typiquement le genre de sons que j’écoute en ce moment. Très bon set et grosse ambiance dans la salle.

On décide de rester pour voir ce que donnait Gesaffelstein. Je l’ai déjà vu 2 fois et j’avais bien aimé mais pas non plus la folie. Et là, j’ai été étonné de son live avec une intro vraiment puissante. Il est 23H30, le mec commence par un son trop psyché puis balance Control Movement d’un coup, une musique bien violente. La foule devient un peu hystérique quand il lâche ses drops. Je vous laisse écouter.

Toujours dans la même salle, on enchaine avec Chris Liebing. Même délire que Joris Voorn, mais on ressent plus le côté allemand de la Techno à l’ancienne. Des montées incroyables et un beat très rapide. Il est 1H30, on vient nous demander pour la vingtième fois une photo avec des gens plus bizarres les uns que les autres mais ça nous fait bien marrer. Avoir un déguisement de pingouins, ou de n’importe quel animal d’ailleurs, est plus qu’un avantage dans ce genre d’endroit. D’ailleurs après étude statistique, il permet une bien meilleure réussite pour taxer des clopes. On part un peu avant la fin de Chris Liebing pour aller voir la moitié du set d’Excision. J’avais 3 fans d’Excision dans notre groupe, qui représente pour moi la Dubstep la plus violente que je connaisse ou presque. C’est de la hard Dubstep et parfois à la limite de la Trance. Mais bon, je me suis dis que ça allait être marrant. Effectivement, c’était marrant ! Je vous laisse découvrir une des seules musiques d’Excision que je connaissais et qu’il a faite en live. Au moins, ca m’a permis de danser comme un débile. En tout cas, d’après les autres, « c’était de la baaaaaaaalle !!! ».

C’est au tour de Netsky, un jeune Belge qui fait de la Drum&Bass et que je connais bien. Déjà vu 2 fois en live, je suis un bon fan. Mais j’attendais encore plus de ce live car il vient de sortir son nouvel album. D’habitude tout seul sur ses platines, il était cette fois au clavier et platines, également accompagné par un batteur impressionnant et d’un autre clavier. Peut-être le meilleur set que j’ai vu de la soirée. Il a réussi à mettre une ambiance monstrueuse dans la salle et a finit par son fameux Everyday remixé par Rusko. Je ne m’en lasse pas. Pour finir la soirée, on est allé sur Len Faki que je connais peu. Mais ce mec a quand même été un des Dj résidents du la fameuse boite le « Berghain » à Berlin. Vous savez la boîte où si tu n’es pas habillé comme tu es chez toi un dimanche aprèm à rien foutre, bah tu ne rentres pas. On revient donc sur de la Techno bien fat. Très bon pour finir la soirée en beauté.
Il est 6H, il est temps de rentrer. Je me demande si Facebook va vraiment réussir à faire un logiciel de reconnaissance faciale sur leurs photos. Je risque de me retrouver sur une quarantaine de photos déguisé en pingouin. Que va dire ma famille ?! Je me rassure en me disant que ma tête de pingouin réussira peut-être à cacher un peu mon visage. Triste espoir. Manquerait plus qu’on se retrouve sur Clubbing TV. On s’endort sur le canap’ devant La Classe Américaine, mon film culte par excellence.
Petit extrait gratos :

C’était cher cette soirée, mais qu’est ce que c’était bon !
En tout cas, c’était pas une bonne idée, la caution a sauté. D’ailleurs, on va même pas les rendre.

En exclu : un blog belge avec notre photo et cette description : « Alexis et Sam, 2 amis de 23 ans de Lille tentent de promouvoir leur propre musique comme des pingouins. »

Dr. Fermax & Sam

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *